• Manon Douard

Pourquoi faire appel à un photographe professionnel pour son mariage ?

L’article d’aujourd’hui m’a été soufflé par une discussion que j’ai eu cette semaine. Une fiancée avec qui j’échange, et qui se marie l’année prochaine, m’a expliqué qu’elle n’allait sans doute pas recourir aux services d’un photographe professionnel pour son mariage, car un membre de la famille qui aime beaucoup la photo souhaite se charger du reportage de son mariage. Ce qui m'a amené à réfléchir à cette possibilité et à ce que j'en pensais.


Peut-on faire appel à un ami/membre de la famille pour réaliser son reportage de mariage ?

Les avantages sont évidents : économie d'argent, gain de temps puisqu'on s'épargne la recherche longue et fastidieuse d'un prestataire ; on peut également se sentir rassuré d'être entouré ce jour-là par une personne proche et pas un illustre inconnu.


Etant photographe de mariage moi-même, on peut se dire que je suis biaisée sur ce sujet, et que ma réponse va forcément être : « Je ne pense pas que ça soit une bonne idée. ».


Et…


Je ne pense pas que ça soit une bonne idée.

Je ne suis pas en train de dire que passer par quelqu'un qui n'est pas photographe professionnel est systématiquement une erreur : ça ne serait pas vrai. Moi-même, avant de m'être formée spécifiquement à la photographie de mariage, j'avais tendance à me dire "oui enfin tant que tu maîtrises ton appareil ça va, tu sais faire."


Je me suis ensuite rendue compte en le devenant moi-même que ce métier faisait appel à des compétences/qualités assez diverses, au-delà de juste passer une journée à taper dans le buffet en prenant des photos de gens bien habillés (même si ça fait effectivement partie du métier, ce qui est assez chouette, d'ailleurs).


Petit tour d'horizon des différentes compétences qui me viennent à l'esprit quand je pense au métier de photographe de mariage, et qu'il est bon d'avoir à l'esprit quand on se demande à qui confier cette tâche !


Les compétences techniques


On va d’abord enfoncer des portes ouvertes : techniquement, la photographie, ça ne s’improvise pas.


Le Jour J


Il est essentiel d’être à l’aise avec son appareil photo et ses différents réglages avant le mariage. Tu ne peux pas te permettre d’attendre le jour J pour faire des tests de réglages ou de cadrage, tout simplement parce qu’un mariage, pour un photographe, c’est une prestation qui comporte très peu de temps morts. Chaque moment de la journée a son importance, et certains sont très courts (coucou toi le lancer de bouquet). Ce qui m'amène à un élément important : savoir prendre de jolies photos ne signifie pas forcément être à l'aise pour réaliser un reportage de mariage.


Personnellement, même quand je me suis estimée suffisamment à l'aise techniquement pour envisager la professionnalisation, j'ai malgré tout souhaité réaliser des mariages avec un autre photographe afin de me former à ce domaine spécifique. J’ai donc tendance à penser que la partie « technique » à maîtriser pour couvrir des mariages inclut d’une part la photographie en tant que tel, d’autre part la photographie appliquée spécifiquement au mariage.


Je vais te donner un exemple venu de mon expérience personnelle : lors de la préparation de mon mariage, j’avais d’abord sollicité un ami de la famille passionné de photographie et auteur de magnifiques portraits. Je savais qu'il faisait de "belles photos", et n'ayant pas encore moi-même d'expérience en tant que photographe de mariage, j'ai pensé que c'était suffisant. Il a finalement décliné la proposition car il n’avait jamais couvert de mariage et ne se sentait pas apte/ne souhaitait pas remplir ce rôle. Sur le moment, je lui ai fait confiance, mais ce n'est qu'en couvrant mes premiers mariages que j'ai compris réellement d'où venaient ses réticences.


Moralité : il ne suffit pas de savoir faire de belles photos pour savoir faire de belles photos de mariage.


La Post-Production


Après la journée de prise de vue vient un autre aspect primordial : la post-production du reportage.


Je ne donne ici qu’un avis personnel, mais pour moi, une photo qui n’est pas développée via des logiciels adéquats ne révèle pas tout son potentiel. A l’heure actuelle, les capteurs d’appareils photos ne savent tout simplement pas restituer les couleurs avec autant d’acuité que l’œil humain. Le développement des photos est donc essentiel, a minima pour restituer les couleurs d’origine. Sans cela, on risque de trouver aux photos un aspect fade, quel que soit le talent du photographe. Le développement est aussi le moment où l’on donne au reportage son caractère définitif, grâce aux retouches que l’on va apporter aux différentes photos.

Cette étape est nécessairement longue : il faut trier les photos brutes pour ne conserver que les plus jolies puis retoucher l’intégralité du reportage en s’assurant que l’ensemble est harmonieux et cohérent. La prise de vue ne représente pas la part la plus importante du travail de photographe de mariage : c’est le tri et la retouche qui prennent, de loin, le plus de temps. Vouloir se charger d’un reportage de mariage, c’est donc prendre aussi en charge le développement du reportage (et donc potentiellement avoir le matériel informatique adapté. La première fois que j’ai importé 8000 photos brutes sur mon ordinateur, le message m’indiquant la durée d’importation me proposait de repasser dans trois jours. Plaisir).


Outre la compétence technique, la charge de travail en elle-même est importante. Ce n’est pas sans raison que je mets jusqu'à trois semaines à restituer le contenu de leur reportage à des mariés : le développement est une étape importante et longue.


Cette question du développement me fait penser aux albums photos. Comme je te l’avais expliqué, les photographes professionnels travaillent avec des entreprises spécialisées qui permettent de produire des albums photos de qualité auxquels n’aura pas accès ton photographe s’il est passionné de photographie mais pas professionnel. C’est un détail, mais à garder en tête tout de même !


Tout le reste !


D’autres compétences me paraissent importantes pour gérer sereinement la couverture d’un mariage. C’est ici que je vais sans doute être la plus subjective : les qualités que je vais avoir tendance à prôner sont celles que j’essaye d’avoir lors de mes propres prestations.

Je vais commencer par un aspect auquel on pense peu mais que j’ai découvert lors de mes premiers mariages : c’est exigeant physiquement. Une prestation de mariage dure plusieurs heures, et tu es en permanence debout/en train de courir/accroupi/allongé par terre dans l’allée de l’église pour prendre en photo une petite fille.

La prestation peut en plus durer particulièrement longtemps. Au mariage de Ludovic et Sarah, j’avais commencé vers 7h00 du matin, et je me souviens très bien que vers 23h00, mes jambes ont commencé à déserter. « Nous, d’ici 15 minutes, on te prévient, on passe en position horizontale. Si t’es encore debout à ce moment-là, vraiment, ça sera pas notre problème. »


Viennent ensuite les qualités humaines. Au-delà de la qualité des photographies, le photographe a un rôle auprès des mariés. Il doit être accessible, rassurant, répondre à leurs questions, les aider aussi s’ils doutent ou qu’ils ont des montées de stress ou de frustration. Bref, être bienveillant. Il faut aussi qu'en tant que futur(e) marié(e), tu te sentes à l'aise à l'idée d'avoir l'invité en question avec toi, par exemple lors de tes préparatifs, ou pour ta séance couple.


Être photographe de mariage implique aussi de savoir être directif par moments – par exemple lorsqu’on a 30 photos de groupe à réaliser et qu’il faudra pour chacune réunir les 10 personnes éparpillées un peu partout sur la pelouse – ou en cas d’imprévu rendant impossible l’exécution de telle ou telle activité. Une fois, j’ai par exemple délocalisé la haie d’honneur des mariés qui était irréalisable à la sortie de la mairie à cause de gros travaux dans le centre-ville (et d’immondes barrières oranges fluos que je ne voulais nulle part sur mes photos). Rien de bien compliqué en tant que tel, mais ça nécessite quand même de prendre une décision puis de l’imposer à 100 personnes, ce qui n’est pas forcément évident quand on n’a jamais fait ça avant.

Une haie d'honneur sans barrières oranges fluos : plaisir !

Ce qui m’amène à mon point suivant : tenir le rôle de photographe à un mariage, ça demande aussi une certaine résistance au stress. Outre les petits imprévus du jour J, tu es juste responsable de la création des souvenirs du jour le plus important de la vie de deux personnes, et si tu te rates, c’est absolument irréparable. C’est exactement pour ça que j’ai, personnellement, commencé par des mariages non rémunérés et en accompagnante d’un autre photographe. C’était juste beaucoup trop de pression pour moi à mes débuts.


La problématique d’être un invité mais-pas-vraiment


Au-delà de la question "peut-il le faire ou non ?", le cumul des mandats à un mariage est compliqué, parce que les attentes qu'on a vis-à-vis d'un prestataire rendent difficiles le fait de profiter de la journée.


Profiter du moment VS L'immortaliser


En tant que photographe prestataire, je n’ai pas le même regard sur le déroulé de la journée. Evidemment, je suis émue pour les mariés et très heureuse pour eux (je pleure même régulièrement), mais le prisme de la photographie est un bruit de fond constant : combien de temps il reste avant la prochaine activité ? Tiens, je pourrais faire les photos de couple ici. Zut, j’aime pas la lumière là, allons ailleurs. Super, le coucher de soleil, on va faire les photos de couples ! Pour un invité, il sera difficile de profiter pleinement de la journée tout en devant gérer ces multiples questionnements.


Sans compter qu’on ne peut pas prendre les photos et être dessus – je sais, j’ai un don pour souligner l'évidence. Pendant la cérémonie, par exemple, si un invité photographie l’assemblée et les mariés, il ne sera pas sur les photos. C’est à prendre en compte pour les mariés aussi bien que pour l’invité : tu auras un album photo où ne figurera pas ton oncle/cousine/ami qui aura décidé d’endosser ce rôle.


On en revient à la citation que j’ai mise sur mon site (et dont je ne connais toujours pas l’auteur, joie) : « L’instant ne peut pas être à la fois vécu et conservé. Il faut choisir. » Pour moi, en tant que prestataire, il est évident que mon rôle sera de conserver l’instant. Pour un invité, prendre ce rôle, c’est renoncer à vivre pleinement le mariage, c’est donc une décision à ne pas prendre à la légère.


La responsabilité que l’on met sur les épaules de son invité


La pression que l’on met sur les épaules de quelqu'un qui endosse la responsabilité du reportage de mariage sans avoir beaucoup d'expérience est importante, surtout que j’ai tendance à penser que cette responsabilité est d’autant plus lourde à porter quand on photographie des proches : on sera forcément encore plus triste si on déçoit ou qu’on blesse des gens qu’on aime.


On gère de mieux en mieux le stress avec l’expérience mais au début, c’est très anxiogène. C’est donc un cadeau à double-tranchant : l’occasion de découvrir la photographie de mariage (je suis bien placée pour dire que cet univers est fantastique), mais il y a un vrai risque de passer une journée dans l’angoisse et le stress et de regretter, finalement, de ne pas avoir eu simplement le rôle de l’invité.


Conclusion


Evidemment et comme toujours : prends ta décision en fonction de ce dont tu as envie ! Garde simplement en tête que réaliser un reportage de mariage est une succession d'étapes, et sois sûr d'en discuter avec la personne qui se propose de le faire, afin de t'assurer qu'elle a conscience du travail que ça représente ! Une saine communication est le gage de la réussite !


Ce qui m'amène à un point important : si quelqu’un dans ton entourage s’est proposé d’office parce qu’il s’estime capable de tenir ce rôle, prends le temps de réfléchir à ce que toi, tu veux. C’est ton mariage, donc c’est ton désir qui doit primer. Oui, tu risques de blesser cette personne si finalement tu refuses son offre, mais avoir des photos qui ne te conviennent pas et qui seront tes seuls souvenirs de cette belle journée me semble un prix très lourd à payer simplement pour ne pas heurter les sentiments de quelqu’un dont ça ne sera pas le mariage. Pèse le pour et le contre, et fais exactement ce que tu veux.


Comme toujours : tant que tu es serein(e) vis-à-vis de ta décision, tout ira bien !


A plus tard,


Manon

CONTACT

manon.douard@outlook.fr

0678204135

RÉSEAUX

SOCIAUX

facebook

instagram

flickr