• Manon Douard

4 conseils pour être gentil avec le photographe de mariage (s'il te plaît)

Salut,


Aujourd'hui, je m'adresse à toi, invité à un mariage.


Car, vois-tu, mon métier est plutôt chouette (photographier des gens heureux tout en chapardant un ou deux petits fours pendant le vin d'honneur) mais il n'est pas exempt de stress et d'inquiétude, aussi les petites attentions que tu pourrais avoir à mon intention sont grandement appréciées !


Du coup, aujourd'hui, je vais te décrire quatre situations, ainsi que le comportement à adopter dans ces situations pour être-gentil-avec-Manon.


C'est un super programme !



Si tu veux prendre des photos le jour du mariage


J'aborde ce sujet en premier parce qu'il me tient à cœur : déconstruire l'idée selon laquelle le photographe professionnel est un personnage snob et désagréable qui serait outré de voir qui que ce soit d'autre que lui prendre des photos afin de se garder l'exclusivité totale de l'événement. "Posez cela et veuillez respecter mon âââârt."


Personnellement, ce n'est pas du tout comme ça que je vois les choses. Il y a des moments durant la journée où je conseille très fortement de ne pas prendre de photos et de profiter du moment (je t'en parlais dans cet article). Mais si, au cours de la journée, tu as envie de prendre des photos - pour t'entraîner ou à la demande des mariés - aucun problème à condition de venir en parler avec moi en début de journée pour qu'on puisse se mettre d'accord sur des règles simples. Pour rappel, je ne parle pas ici de sortir son téléphone à quelques occasions, mais bien de quelqu'un qui souhaiterait couvrir le mariage au complet ou ses principaux moments, ce qui revient à se comporter un peu comme un "second photographe". Pas de soucis, mais ça nécessite un peu de coordination !


L'idée, en fait, c'est de garder en tête que le photographe professionnel a la priorité sur toi pour prendre les photos (puisqu'il est payé et a une obligation de résultat que tu n'as pas) et que, donc, tu dois tout faire pour ne pas le gêner. En termes simples, ça veut simplement dire rester à son niveau ou derrière lui pour ne pas rentrer dans son champ lors de la prise de vue, et le regarder régulièrement pour vérifier que tu ne le gênes pas - je te parlais dans cet article de la galère que ça peut vite devenir quand on est plusieurs personnes à assurer la prise de vue d'un événement et que la coordination est moyen bof.


Si tu respectes cette condition toute simple, je n'ai personnellement aucun problème avec le fait que tu prennes des photos en même temps que moi !

Certains moments ne durent qu'une poignée de secondes et seraient tout simplement gâchés par quelqu'un s'immisçant dans le champ du photographe au mauvais moment.


Pendant la séance couple des mariés


Généralement, un jour de mariage, je ménage une séance de vingt à trente minutes pour photographier les mariés en amoureux. J'essaye de faire en sorte que ce moment ne soit pas pris au détriment des invités, et je propose donc souvent le créneau de 19h30 ou 20h : je m'éclipse avec les mariés pendant que les invités entrent dans la salle et commencent à s'installer, de manière à limiter au maximum les temps morts et ne pas trop faire attendre les invités.


Cela permet aussi d'être seule avec les mariés : cette séance ayant vocation à être romantique, avec des poses un peu plus intimes que lors des autres moments de la journée, j'aime autant (et eux aussi, généralement) ne pas avoir de public.


Il arrive parfois que des invités, voyant que les mariés s'éloignent avec moi, nous suivent : soit pour prendre des photos eux aussi, soit par curiosité. Ce comportement n'est clairement pas idéal, aussi je te demande - sauf si les mariés t'ont demandé de venir ou t'en ont verbalement donné la permission, auquel cas évidemment aucun souci - de ne pas le faire.


Il est difficile de créer une atmosphère de confiance et de mettre à l'aise des gens qui n'ont pas l'habitude de poser si Tonton Robert ou Mamie Renée nous épient de loin. La palme du genre est décernée haut la main aux personnes qui, non contentes d'être présentes, commentent la séance.



"Oh c'est très beau cette pose !"

"Oh c'est super, David, serre-là un peu ta femme, t'es marié j'te rappelle !"

"Allez-y mes poulets embrassez-vous ! On veut d'l'amour, là !"


Comme tu t'en doutes, ce genre de comportement ne peut qu'entraver le travail du photographe et mettre mal à l'aise les mariés eux-mêmes.


Je comprends l'envie de certains invités d'être proches du couple durant toute la journée mais, juste pour ce moment-là en particulier, accorde-moi vingt minutes de calme et de tranquillité : ça me permet de mieux travailler et les mariés apprécient généralement ces instants sans sollicitation extérieure qui leur permettent de se retrouver un peu avant de retourner auprès de leurs invités.


Pendant la cérémonie civile/religieuse/laïque


J'en parlais dans mon article sur les téléphones portables, mais je rappelle ici une règle extrêmement importante (si tu dois n'en retenir qu'une, c'est celle-ci) : si tu n'es pas intervenant pendant la cérémonie de mariage, reste. à. ta. place. Ne viens pas dans l'allée gâcher mes photos et obstruer le champ de vision des mariés (qui ont envie de se voir, pas de te voir, toi).

Si tu veux absolument prendre une photo de l'arrivée de la mariée, fais-le, mais depuis ta place. Sinon, je te préviens, je fais ça :


Si tu partages les photos sur les réseaux sociaux


On en arrive au moment de l'après-mariage. Tu as récupéré les photos du photographe, tu es content, et tu souhaites les partager ! Je te donne deux consignes - évidemment je ne peux pas t'obliger à les suivre, mais en vrai suis-les. S'il te plaît. Sois sympa.


Règle n°1 : N'oublie pas d'identifier le photographe (de le taguer, même, si possible) sur toutes les photos de lui que tu diffuses. C'est son travail, et la seule contrepartie qu'il te demande pour l'utiliser est de le nommer. Trop de gens oublient ce détail, mais il est pourtant fondamental : je travaille dans l'image, mes photos sont ma meilleure publicité !


Règle n°2 : si tu partages les photos de quelqu'un, évite d'appliquer des filtres ou des modifications à la photo initiale. Je sais combien il peut être tentant d'appliquer un filtre d'ambiance sur une photo pour qu'elle colle à tes envies (et à ton feed, tyrannie d'Instagram bonjour), mais garde en tête qu'il s'agit du travail de quelqu'un, et que si tu altères la photo, elle n'est plus représentative de ce travail initial.


Exemple le plus courant : appliquer un filtre brun bien vénère sur une photo composée initialement de tons pastel (on en revient à ma grande passion pour le Moody).

Pour faire un parallèle avec la peinture (et parce que je ne me lasse pas du tout de cette anecdote extrêmement qualitative), je te mets ici le résultat de la restauration d'un Christ espagnol du 19e siècle par une octogénaire qui s'est dit que mettre un p'tit coup de polish à une œuvre d'art c'est à la portée de tout le monde. Je t'accorde qu'un filtre Instagram fera moins de dégât que de remplacer une icône par un Monsieur Patates, mais la conclusion est la même : respecte l'œuvre initiale et efforce-toi de ne pas la modifier.

(Et ne va pas peindre de Monsieur Patate dans les églises sans y être invité, ce n'est pas bien non plus.)


C'est tout pour aujourd'hui !


A plus tard,


Manon




CONTACT

manon.douard@outlook.fr

0678204135

RÉSEAUX

SOCIAUX

facebook

instagram

flickr