• Manon Douard

Séance d'engagement printanière en Belgique

Bonjour toi,


Tu le sais peut-être depuis le temps : j'habite à Longwy, à quelques kilomètres des frontières belge et luxembourgeoise. Vivre le long de la frontière, ça a plusieurs avantages. Déjà, je peux être à l'international tout en respectant les dix kilomètres d'éloignement de mon domicile, ce qui est assez amusant (et bien pratique pour travailler, je ne te le cache pas). Et puis du coup, par chez moi, on entend plein de langues différentes, et on se retrouve même à apprendre le luxembourgeois alors que franchement, si on fait une liste des langues que j'avais prévues d'apprendre dans ma vie, le luxembourgeois n'y était pas. Et pourtant. Ech sinn la première surprise. Bref.


Cette flexibilité frontalière m'a permis de réaliser des séances photos chez nos voisins non-confinés ces dernières semaines, notamment une jolie séance d'engagement dans les jardins d'une magnifique abbaye. La Belgique n'étant pas confinée, j'ai pu profiter d'une jolie promenade avec Michal et Noémie, qui ont choisi ce lieu pour sa beauté - car c'est objectivement somptueux - et pour la signification qu'il a pour leur couple.



Mes séances photos durent généralement entre une heure et demi et deux heures. Je prévois initialement de faire durer la séance 90 minutes, mais si les mariés ne sont pas lassés et que le lieu est propice à se promener et à tester des choses nouvelles, je peux faire durer la séance un peu plus longtemps. Inutile de te dire que dans un contexte où les opportunités de mettre un pied devant l'autre ailleurs que dans son salon se font rares, j'ai profité comme il se doit de cette promenade inopinée dans les jardins de l'abbaye (l'intérieur n'était pas visitable, Covid oblige).



Côté logistique, nous avions les masques en quasi permanence, à l'exception des poses durant lesquelles je leur demandais de les retirer, en m'arrangeant systématiquement pour que nous restions loin des autres promeneurs afin de limiter les risques. J'étais soucieuse de réussir à éviter de leur rendre 60 photos d'yeux pétillants sur le fond bleu ciel des masques chirurgicaux. Et puis, j'ai envie de croire que quand ils regarderont ces photos plus tard, ils se souviendront que c'était un moment de détente et de joie en amoureux, et pas au fait que c'était une parenthèse pendant une pandémie, comme en témoigneraient les masques aperçus ici ou là.

(Evidemment, je te dis ça maintenant que je suis calmée, mais retirer les importuns de mes clichés proprement prend bien plus de temps que je ne l'aurais cru.)



Au final, les jardins étant assez vastes, il n'était pas très difficile de trouver à s'isoler, suffisamment pour enlever les masques ! Plus difficile, en revanche, d'éviter des figurants sur les photos !



Sur cette, par exemple, j'ai retiré cinq personnes qui marchaient derrière les arcades, à droite et à gauche de la photo. Pas que ça soit grave en soi mais 1) les masques bleus, ça se voit sur une photo 2) le masque bleu tout seul c'est déjà pas terrible, mais combiné à un ciré rouge pétard ou jaune fluo, au secours.



Avec son toit en ardoises rondes, ses chiens assis à vitraux et son double escalier, ce bâtiment me semblait sorti tout droit d'un film Harry Potter !



Pour ma plus grande joie, qui dit abbaye tenue par des moines trappistes dit bière trappiste (bof bof, je bois très peu d'alcool) mais surtout fromage trappiste. J'ai acheté pour presqu'un kilo de fromage que ma cousine m'a gracieusement aidé à manger en environ 72h (ne me juge pas, c'est le confinement, j'ai besoin de joie dans ma vie, et le fromage c'est beaucoup de joie).

Tu peux retrouver mes reportages de mariage par ici. Pour me contacter afin de me parler de ton événement et de tes envies photos, c'est ici ! Pour en savoir plus sur moi, c'est par là !


A plus tard,


Manon







1 vue0 commentaire